Retrouvez les vidéos du Forum

C’est la question à laquelle les participants du Forum organisé par le journal Libération se sont penchés, mardi 6 février à la maison de la RATP.

Le Forum métropolitain du Grand Paris, avec la Métropole du Grand Paris, l'Association des Maires d'Ile-de-France et la ville de Paris ont décidé d’être partenaires de cet évènement sur les mobilités afin de partager les connaissances et les réflexions issues du chantier qu’ils conduisent depuis un an sur le sujet.

Trois tables-rondes animées par Sibylle Vincendon, journaliste à Libération, ont permis ces partages et échanges avec un public nombreux et réactif.

Le premier débat portait sur le thème « De nouvelles mobilités pour plus d’égalité ». Jacques Lévy, professeur de géographie à l’école polytechnique de Lausanne a rappelé que le droit d’aller et de venir est une des grandes libertés. Jean-Marc Nicolle, président du Forum métropolitain a pointé les inégalités territoriales face à la mobilité, et le rôle qu’elle joue pour l’accès à l’emploi et à la vie sociale. Catherine Guillouard, présidente de la RATP et Frédéric Mazella, fondateur de Blablacar ont présenté les solutions nouvelles pour répondre à ces enjeux. Manoelle Lepoutre, directrice engagement et société civile chez Total, a souligné un paradoxe : « aspiration croissante à la mobilité et, en même temps, une complexification liée au numérique ».

Sophie Bosquillon, participante de la concertation citoyenne, a présenté l’avis adopté par ce groupe de 20 Franciliens (divers par l’âge, le sexe, le lieu d’habitation et les pratiques de mobilité), qui, après 3 longues réunions et avec l’appui de nombreux experts, a approfondi la question "Selon vous, faudrait-il se donner pour ambition de réduire fortement à horizon 2024-2030 l'usage individuel de la voiture en Ile-de-France ?", puis délibéré. Ils proposent de réduire effectivement cet usage individuel, tout en prenant en compte la diversité des situations (lieu d’habitation, situation de handicap, etc.), et en développant tous les modes alternatifs de déplacement.

Le deuxième débat « Réinventer la ville et ses espaces publics » a été l’occasion pour Daniel Guiraud, vice-président de la MGP, de rappeler « le problème, c’est que l’espace public a été conçu pour la bagnole », et que les enjeux environnementaux obligent à des transformations, en termes d’aménagements et de comportements. Le véhicule autonome pourrait contribuer à réduire cet accaparement, selon Philippe Dewost, directeur de Léonard (groupe Vinci), hypothèse que Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris en charge de l’urbanisme, invite à considérer avec prudence, en appelant à une régulation institutionnelle.

Le dernier débat « Ecolo, les nouvelles mobilités ? », a montré qu’il n’existe aucune solution unique parfaite, comme l’a indiqué Thierry Trouvé, directeur de GRT-Gaz. Thierry Salomon, de l’association Mégawatt, think tank sur les scénarios énergétiques a présenté la diversité des hypothèses. La porte –parole de Paris en selle, Catherine Gauthier, a prolongé en réclamant un véritable plan vélo. Christophe Nadjovski, adjoint à la maire de Paris en charge des transports, a présenté les efforts en cours pour répondre à cette attente. Enfin Stéphane Beaudet, président de l’AMIF, a plaidé pour une utilisation plus rationnelle de la route, avec « plus de gens dans moins de véhicules » et pour une amélioration combinée de l’ensemble des modes de transport (bus, voiture, rail, vélo et marche).

Les échanges avec le public ont notamment porté sur le vandalisme et sur la fracture numérique.