Communique de presse  - Paris Métropole
29 janvier 2016

Nous avons créé Paris Métropole, convaincus de la nécessité d’une métropole pour le Grand Paris.

Nous pensons que la métropole, pour fonctionner dès le 1er janvier 2016, doit s’organiser à partir de territoires dynamiques et structurés. C’est le sens du compromis voté à 94% par le conseil des élus de la mission de préfiguration le 8 octobre, qui prévoit que les futurs territoires soient des EPCI dotés de revenus propres et dynamiques.

Ce compromis est historique et son respect est la seule voie pour faire naître la métropole dans de bonnes conditions et engager sa construction de façon progressive mais solide.

Après les péripéties législatives précédentes, il est temps de dépasser les oppositions stériles entre parlementaires et élus locaux métropolitains, entre les modèles de métropole « intégrée » ou « fédérée ». Il est temps de faire confiance aux élus qui formeront demain le conseil de la métropole du Grand Paris et de dialoguer avec les parlementaires, dont 85 sont élus à Paris, dans les Hauts-de-Seine, en Seine-Saint-Denis et dans le Val-deMarne.

Avec sa population de 6,5 millions d’habitants et son incontestable dimension de grande métropole mondiale, la métropole du Grand Paris doit être considérée à l’aune de sa spécificité.

La rencontre entre les élus du Grand Paris et le Premier Ministre du 5 décembre dernier fut très positive. Le Premier Ministre a compris le message et la position des élus locaux. Il a paru déterminé à faire aboutir la révision de l’article 12 de la loi MAPTAM dans cette voie constructive, en nous précisant que l’amendement gouvernemental s’appuierait sur le compromis des élus. Il a précisé en l’occurrence que le sujet de la fiscalité économique ne constitue pas, en soi, une « ligne rouge ».

L’examen de la loi NOTRe, qui doit permettre cette révision législative, vient de s’engager au Sénat. Nous sommes confiants sur l’issue de ce processus parlementaire, mais aussi vigilants à ce que le gouvernement respecte ses engagements et espérons que les parlementaires valideront cette position de sagesse, pour nous permettre de travailler au plus vite avec la mission de préfiguration et créer la métropole du Grand Paris au 1er janvier 2016.

Au nom des élus de Paris Métropole, le Président, Patrick DEVEDJIAN