Le 21 juin dernier, le syndicat mixte Autolib' Vélib' résiliait son contrat avec le groupe Bolloré, en justifiant sa décision par un déficit important et par un service en dégradation.

Cet arrêt brutal a suscité de vives réactions de la part des élus locaux. Nombre d’entre eux se sont retrouvés désorientés et sans information sur le devenir possible de l’autopartage, en héritant des installations et en subissant parfois les critiques d’usagers mécontents suite à la perte de ce service.

Parallèlement, les réflexions ou les initiatives « post Autolib’ » se sont multipliées (Ville de Paris, syndicats urbains, Région et IDF mobilités, …) sans qu’elles soient forcément relayées et coordonnées.

C’est sur la base de ce double constat que les élus réunis ce mardi en Bureau, ont mandaté le syndicat pour provoquer un débat avec l’ensemble des acteurs à l’origine de ces initiatives, et tenter de favoriser une cohérence d’ensemble.

 

Les 10 propositions des élus issues du Livre blanc Vers des mobilités durables, intelligentes et optimisées à l'horizon 2030 en Île-de-France.